Dreamland Reborn • Afficher le sujet - Rêves Etranges (chelou, bizarre, et autres synonymes)

Rêves Etranges (chelou, bizarre, et autres synonymes)

Fanarts, Fanfics, demandes de bannières, et autres... Création, création, création !

Rêves Etranges (chelou, bizarre, et autres synonymes)

Message non lupar Salow » 17 Déc 2020, 15:11

BONJOUR


Je m'ennuie fort beaucoup dans ma vie at the moment, et j'essaie de créer/produire/faire des trucs. Les colliers de pâtes, visiblement ça marche pas trop, donc je suis partie sur autre chose : ça.

"Mé c koa ça ?"


T'inquiète Paupiette, j'y arrive, armée de mon gros pavé.

En gros, il y a cinq ans bientôt, je me suis dit "wallah, et si j'écrivais mes rêves dans un carnet au réveil, comme ça potentiellement je deviens rêveuse lucide au fur et à mesure". Bon, spoiler alert, je suis toujours pas rêveuse lucide. MAIS ! Faire cet exercice m'a permis de retenir plus facilement les rêves que je faisais, de mieux les vivre, et surtout de les rallonger. Et boi, des fois c'est rigolo ce qu'il s'y passe.

C'est donc pour ça que début décembre, du haut de mon ennui confortable mais pesant, je me suis dit "Hey, et si je les romançais et je les postais sur l'internet et potentiellement ça plaît à des gens puis surtout, ça me fait faire quelque chose ?". Donc, voilà ce que c'est, "ça".

Je veux aussi les poster ici parce que, déjà, je vous aime.

Tout autant que vous êtes.

Oui oui, même toi Malo.

Et puis, pour mieux cerner le format rêve (rapide, random), le style que j'utilise en rp' correspond bien. En même temps, y'en a forcément qui vont me dire "tu rp déjà à propos de tes rêves ici, teubé", et ils auront raison. Je suis teubé. Bref, sans davantage de parole, je vous balance l'explication résumé de mon bordel, avec le lien qui y mène si vous êtes chaud pour y aller. Je posterais le premier rêve dans la foulée.


Je fais des rêves chelous, je les écris, je les romance, et ça part.

Plus concrètement, il s'agit de réels songes confectionnés par mon cerveau tordu. J'ai commencé à les noter à 18 ans, et dans la nuit du 4 au 5 décembre 2020, je me suis dit : "Pourquoi pas en faire des histoires courtes ?". La base du rêve, les décors, personnages et actions restent comme ils me sont apparus la nuit. La seule chose qui change, c'est moi ; en temps normal je ne suis pas rêveuse lucide, je n'ai aucune idée que ce sont des rêves au moment où je les vis. Quand je les réécris, je romance donc le point de vue de la personnage : elle expérience les événements d'un air blasé, semi-lucide, l'air de se dire "C'est quoi cette merde encore ?". Elle ne sait pas nécessairement que c'est un rêve, mais elle a quand même une certaine conscience des choses - que je n'ai pas à cause de cette sensation embrumée spécifique aux rêves (les miens du moins).

En somme, ce sont des nouvelles délirantes et insensées, auxquelles j'ajoute un ton exaspéré/sarcastique.


Voici le lien les zozos.
Avatar de l’utilisateur
Salow
Seigneur Cauchemar du Flood
 
Messages: 791
Inscription: 06 Fév 2017, 18:51
Nom du perso [Rp]: Salomé
Phobie/ Pouvoir: Invocatrice d'une araignée mâle (Stachouney)
Classement [Rp]: Môôôvais !

Re: Rêves Etranges (chelou, bizarre, et autres synonymes)

Message non lupar Salow » 17 Déc 2020, 15:23

Et sans plus tarder *drumroll*, voici le premier rêve ! J'ai même rajouté de la couleur et pris celle de mon rp' pour vos doux pitits z'yeux.

Rêve n°1 : Mario, Fallafel et Réfrigérateur


D'après un vrai rêve vécu en novembre 2019 par Wham.


Bon. Qu'est-ce que je fous là déjà ?

Je soupire en mettant les mains dans les poches. Des couleurs sombres et orangées, une ambiance étouffante, du granite. Visiblement, je me trouve en plein milieu d'une vaste caverne volcanique. Je renifle, puis baisse les yeux.

Ah.

Ok. Je suis sur un pont bancal sculpté dans la roche, à quelques dizaines de mètres de la lave. Super. Je déglutis, puis risque un coup d'oeil en contrebas, mais la vue des bulles de magma en fusion qui se forment pour éclater aussitôt me fait grimacer.

- Yes...

Ma voix résonne légèrement alors que je reporte mon attention sur l'allée qui s'étale devant moi, bordées de stalagmites. Ou de stalactites. Je sais plus. On s'en tape : il y en a partout, au plafond et sur le sol. Puis, de toute façon, Mario débarque. Ouais ouais, le Mario, celui du jeu vidéo. C'est le boss de mon gang.

Ah oui : je fais partie d'un gang.

Il a un air mauvais et assuré sur le visage. Ce taré s'approche en bondissant dans tous les sens ; il frappe le vide de ses poings et de ses pieds comme un personnage de Tekken. J'amorce un mouvement de recul en fronçant les sourcils. Je ne sais pas comment il se démerde pour se faufiler entre les stalagmites comme ça.

L'instant d'après, je me retrouve dans le marais, à Paris. On fait la queue pour un stand en extérieur qui vend des fallafels. "On", c'est les autres membres du gang et moi. Tout le monde bavarde, piaille, et un mec de mon âge me donne un petit coup de coude dans les côtes avant de désigner de la tête le début de la file indienne :

- Tu vois la meuf là-bas ?

Je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'un pélo me parle, donc ma première réaction c'est de renifler en le dévisageant. M'enfin, je tends le cou pour discerner ladite meuf qu'il me désigne, puis je confirme que la cible est verrouillée en un grognement affirmatif :

- Hm ?

Il rigole, de ce rire typique du mec qui se fait ses fantasmes. Je le juge, mais en réalité je peux avoir le même.

- Elle est méga belle, on est d'accord ?

J'observe son sourire de débile, puis mon regard retourne sur la fille. Bon, effectivement, elle est vraiment pas mal. Je hausse les épaules.

- Ouais.

Il poursuit d'un ton spécial "théorie du complot" teintée de "t'as vu je suis trop en train de t'apprendre quelque chose hein ?" :

- Bah, dis-toi qu'en vrai son visage est tout cramé, tout fondu. Et c'que tu vois c'est une espèce de fausse couche de peau, un masque, en gros.

... Ok. Cheloue comme chose à dire à quelqu'un à qui on a jamais parlé. Je grimace sans lâcher la fille du regard. Rien ne donne l'impression qu'elle porte une fausse couche de peau, pourtant je le crois. Moi, ce qui retient mon attention, c'est qu'elle a l'air joyeuse. Je cligne à peine des yeux que je me retrouve à ses côtés, en début de file.

Ne me demandez pas pourquoi ni comment, mais on est ensemble maintenant - elle et moi. Oui oui, juste parce que je suis apparue à côté d'elle trente secondes plus tôt. Faut s'y faire. Dans un sens, j'ai pas eu besoin d'essayer de la draguer, et ça c'est cool. Parce que boy, je suis vraiment à chier pour ça. Mais, peu importe : cette fille est ma copine. Ma copine qui a le visage fondu sous son masque et qui fait parti du même gang que moi dirigé par Mario. Quel bordel. J'ai même pas mangé de fallafel, en plus.

En réalité, je me plains mais c'est pour couvrir le fait que je flippe un peu de voir son vrai visage. C'est stupide, je sais. Puis au fond, on s'en tape. Mais je ne peux pas m'en empêcher, je redoute autant de le voir que j'ai la curiosité de le découvrir. La scène d'après, on se réveille ensemble dans un lit et je panique.

Meeeeeeeeeeeeerde-merde-merde-merde-meeeeeeeerde ! Elle a dû enlever son bout de peau pour dormir !

Je regarde à moitié, ne voulant pas la mettre mal à l'aise. Sauf que - évidemment - je suis figée comme une abrutie dans ma grimace d'appréhension. Donc je la mets très certainement mal à l'aise. J'ai tous les muscles du corps crispés, bloquée par l'hésitation et la maladresse, quand mes yeux tombent enfin sur son visage - le vrai. J'affaisse instantanément les épaules en reconnaissant la brûlure, relâchant la tension. Je lâche même un rire nerveux.

Stylé.

De ce que je vois, elle a juste une partie de la peau très rouge, délimitée par une cicatrice de cartoon à la Frankenstein. Je me suis excitée pour rien, encore. De toute façon, je n'ai pas le temps de m'éterniser sur ma propre stupidité : on est en retard, on doit partir en mission.

C'est sûr, ma garde-robe a été sponsorisée par les soeurs Wachowski ; je me retrouve habillée comme dans Matrix. En une moue d'appréciation, je me dis que c'est pas plus mal. C'est donc avec style qu'on se retrouve dans un supermarché. Le lieu n'est pas glamour, mais la mission est simple : récupérer un artefact. Lequel ? Je sais pas.

On se téléporte, et merde je savais pas du tout que j'étais capable de faire ça, c'est beaucoup trop cool ! Je m'extasie seule dans mon coin ; j'ai toujours rêvé d'avoir un superpouvoir. Par contre, j'avais jamais expressément rêver de me téléporter dans un frigo - ceux qui présentent la charcuterie, les légumes, les pizzas, et tout le reste. Je fronce les sourcils, dubitative.

- Euh... c'est ça notre planque ?

Je lance un regard inquisiteur à ma copine. Elle ne me répond pas, trop concentrée à fusiller des yeux le frigo en face du nôtre. Je suis son regard, un peu confuse. Je repère alors deux autres types qui ont opté pour la même planque que nous : nos ennemis. Décidément. Eux aussi nous fixent intensément. Moi, je suis toujours aussi perplexe. Je savais pas que c'était tout un délire les batailles de regard intra-frigidaires.

- Sans déconner, c'est quoi le bail avec les frigos ?

Un mouvement sur la droite au bout de l'allée attire mon attention. Mes yeux glissent pour y découvrir ma copine. Attendez... Je tourne la tête pour constater qu'elle n'est plus avec moi. Merde ! Je suis la seule débile à glander dans un réfrigérateur ; elle, s'est téléportée pour se battre contre un grand mec chauve du gang rival.

Lui c'est le chauve de Matrix, je remarque en plissant les yeux.

Je rejoins le combat en une téléportation, et tout se passe très vite. Le mec disparaît quelques secondes après mon apparition. Au début, je suis soulagée, même si j'ai l'impression qu'il a récupéré l'objet qu'on était venu dérober - faudra expliquer ça à Mario. Cependant, lorsque je me retourne, c'est la douche froide instantanée. Ma copine s'est faite poignarder. Une large tâche de sang imbibe son tee-shirt au niveau du couteau planté dans son estomac.

- Merde !

Je la rattrape lourdement alors qu'elle s'effondre. Je panique, submergée par la peur et l'empressement. Je ne sais pas du tout quoi faire. J'hésite à retirer le couteau, incertaine des conséquences que ça pourrait avoir. D'un coup, je me souviens que je peux me téléporter, et on se retrouve en un claquement de doigt dans une sombre petite pièce encombrée. C'est une chambre d'hôpital. Yes ! Je perçois aussi une sensation familière. Je crois qu'on est de retour dans la grotte volcanique du début, mais aucun moyen de s'en assurer : la chambre est verrouillée.

Je me dépêche de la poser sur le lit, et elle me paraît de plus en plus affaiblie. Etrangement, elle reste parfaitement calme. Encore plus bizarre : j'étais sûre qu'elle avait été poignardée dans le ventre, pourtant je distingue maintenant la plaie et l'arme dans son cou. Je grimace. C'est censé bouger, ce genre de connerie ?

Pas le temps pour les questions rationnelles, j'entends des bruits de conversations de l'autre côté de la porte. Je m'empresse de tambouriner la paroi comme une dératée, hurlant à l'aide :

- EEEEEEEEEEEEH ! S'il vous plaît !! Y'a une blessée dans la chambre !!

Je sens de plus en plus leurs présences. Ils sont tout proches. Je suis persuadée qu'ils peuvent la sauver - et surtout, qu'ils m'entendent. Pourtant, ils semblent totalement m'ignorer. J'entends leurs rires, comme s'ils papotaient tranquillement, l'esprit libre.

- WOOOOOOOOOOH ! J'VOUS PARLE !!

J'ai jamais eu beaucoup de patience. Puis surtout, y'a l'autre qui pisse le sang derrière moi. Un homme ouvre subitement la porte. Il est grand, chauve - encore un - et a des rides de bienveillance aux coins des yeux. Je plisse les miens.

Lui, c'est pas le chauve de Matrix.

- Eh beh, faut pas gueuler comme ça mademoiselle.

Je fronce les sourcils. Il est trop calme à mon goût ; même si je l'avoue, j'aime bien l'aura rassurante qu'il dégage. Je pointe une main accusatrice en direction de ma copine, tout en le fixant d'un air farouche.

- Elle est en train de crever là !

Cette dernière est tout aussi calme et contenue que le médecin. J'hallucine. Ça ferait chier quelqu'un de péter un câble avec moi, un peu ? Le médecin hausse les épaules en souriant d'un air patient.

- Oui bon, pas de quoi s'exciter sur une porte. Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Non mais je rêve. Abasourdie face à sa légèreté, je ravale difficilement mon envie de lui hurler ma colère et ma frustration au visage. Je prends une grande inspiration pour me calmer, et finit par déballer l'histoire en un souffle :

- On était planqué dans un frigo de supermarché quand elle s'est téléportée pour aller se fight avec un mec qui vous ressemble un peu mais pas trop et qu'il l'a poignardé. Dans le ventre.

Il ne dit rien pendant quelques secondes, alternant le regard entre elle et moi. Enfin, il arque un sourcil en désignant la plaie.

- C'est dans le cou, là.

Je soupire d'impatience.

- Oui mais c'était dans le ventre avant.

Il me regarde comme si j'étais stupide, ou tarée, ou les deux.

- Certes. M'enfin là, c'est le cou. Mais c'est pas bien grave, on va régler ça.

Il retire doucement le couteau, ce qui me fait grimacer d'inconfort. Après quoi, il se contente de passer une compresse avec du désinfectant sur la blessure. Elle est tirée d'affaire, même si les soins administrés me paraissent un peu légers. Un peu beaucoup.

Il se foutrait pas de ma gueule ?

Ma copine me sourit d'un air patient, et lui se retourne vers moi.

- Bah voilà. Y'avait pas de quoi en faire tout un plat.

Je ne sais pas ce qui prend le plus de place sur mon visage : ma consternation, mon agacement ou ma lassitude. Je sais juste que je finis par lui décocher un regard blasé. Je soupire en secouant la tête.

Putain...

Au moins, elle est sauvée. Va falloir que Mario vienne nous chercher, maintenant.
Avatar de l’utilisateur
Salow
Seigneur Cauchemar du Flood
 
Messages: 791
Inscription: 06 Fév 2017, 18:51
Nom du perso [Rp]: Salomé
Phobie/ Pouvoir: Invocatrice d'une araignée mâle (Stachouney)
Classement [Rp]: Môôôvais !

Re: Rêves Etranges (chelou, bizarre, et autres synonymes)

Message non lupar Janzo » 17 Déc 2020, 17:47

Super initiative et super topic ^^
[color=#004080]

Mes nuits




(23:22:32) Janzo: % pourcentage de viabilité du groupe des Lazy Star
(23:22:41) ChatBot: Janzo jette 1d100 et obtient 26


Mes Stats

Image


Trophées

Vétéran
Naissance
Oups !
Patchwork
Avatar de l’utilisateur
Janzo
Lord du Flood
 
Messages: 446
Inscription: 30 Aoû 2019, 22:57
Localisation: Sboobland : À essayer de s'entraîner... ENCORE !
Nom du perso [Rp]: Janzo le futur Héraut professionel
Phobie/ Pouvoir: Photophobie: Créé de la lumière

Re: Rêves Etranges (chelou, bizarre, et autres synonymes)

Message non lupar Salow » 06 Jan 2021, 01:20

Merci petit abricot ! Et sans plus tarder parce que bon, héhé, les fêtes, les coupains, la zouz, toussa, le deuxième rêve !

Here is the link

Here is the rêve :


Rêve n°2 : Boule Disco, Prédateur et Queue


D'après un vrai rêve vécu en décembre 2020 par Wham.


Hmmmm.... J'ai l'impression de zapper un truc.

Je longe une façade en pierre, en plein centre-ville. Il fait nuit, et il n'y a personne ; juste des lampadaires qui cassent l'obscurité. D'habitude, ça m'aurait un peu fait flipper, mais là je me sens confiante, habituée. Puis d'un coup, je me rappelle.

Merde... J'suis hors de la zone, j'devrais pas être ici.

La "zone", c'est le secteur où les gens comme moi sont parqués la nuit : interdiction formelle de sortir sous peine de grosses mandales dans la tronche.

Je ne sais plus comment c'est arrivé ni depuis quand, mais certains humains ont légèrement muté - et évidemment, ça fait peur aux gens normaux. La journée, nos différences sont invisibles et personne ne nous démasque. La nuit... c'est très bizarre. Pour faire simple, non seulement nos véritables apparences se révèlent plus facilement, mais en plus il arrive qu'on se mette à briller comme des lucioles. Ou plutôt, des boules disco. Ce qui n'est pas super super discret en soi. Bref, tout ça pour dire qu'on est contenu le soir ; et si on ose s'échapper, on se fait tabasser.

C'est pas ouf, ouais.

Je me dirige donc vers la zone. Je vais devoir esquiver les gardes qui surveillent les entrées et sorties. Quand j'y pense, c'est pas très logique. Ils nous laissent partir une fois le soleil levé comme si de rien était, comme si on arrêtait d'être inhumain, puis ils se remettent à nous chasser aussitôt la nuit tombée. C'est qui l'abruti qui a décidé ça ?

M'enfin. Je vais pas me plaindre, ça m'arrange : je suis tranquille la journée. L'instant d'après, je me retrouve dans une autre partie de la ville, près de ce qu'on appelle "la frontière" - celle qui délimite la zone.

Je... qu'est-ce que je fous dans un arbre ?...

Bon. Pourquoi pas, après tout ? Je suis cachée parmi les branches et le feuillage, dans un des platanes qui bordent le canal. Au sol, le calme règne d'un silence pesant. C'est la seule route possible pour rejoindre l'enceinte sécurisée de la zone.

Attendez... ça y est, je me souviens ! Je dois surveiller. On est plusieurs, caché.es, à faire ça. Mais... surveiller quoi déjà ? Ah oui : les policiers qui rodent dans les parages. Ce soir, il y a une ambiance qui ne me plaît pas trop.

Ça pue le flic qui veut se défouler.

Je plisse les yeux. J'ai repéré un adolescent craintif près de l'un des ponts en arc au-dessus du canal. Un nouveau : il fait sa boule disco. Il avance timidement, recroquevillé sur lui-même, tournant la tête à droite et à gauche comme s'il sentait la présence du prédateur. Sauf que - évidemment - il scintille dans tous les sens façon robe de Céline Dion, donc il attire forcément l'attention du policier qui s'est introduit dans le secteur.

Ah le con.

Je parle du flic. L'autre, il n'a rien demandé. En théorie, le prédateur n'a pas le droit de l'empêcher de rejoindre la zone. En pratique, c'est différent. C'est là que j'interviens. Je vois le flic s'approcher du nouveau, et je m'élance hors des branches.

Je sais que plusieurs autres guetteurs font comme moi : depuis le début je devine leurs présences, et là, je sens qu'ils s'activent. Pourtant je ne les vois toujours pas. En temps normal je trouverais ça bizarre voire flippant - mais je viens juste de découvrir que j'étais VRAIMENT très agile, et c'est absolument génial.

Héhé.

Un air extasié sur la face, je saute et me projette dans tous les sens. J'arrive au niveau du pont, passe en dessous en un mouvement de balancier et réapparaît de l'autre côté, avant de me réceptionner sur la rive, juste derrière le flic.

- Yo.

Mon dieu j'suis beaucoup trop cool.


Le type se retourne, confus et légèrement apeuré. Je souris, parce qu'il faut quand même avouer que mon entrée en scène était particulièrement stylée. Puis, un truc derrière mon épaule capte son attention, et le flic blémit. Je fronce les sourcils et tourne la tête pour suivre son regard.

Pourquoi il-... Oh putain.

Euh... j'ai une queue. Genre... une queue, quoi. Normal. Merde, c'est vrai : la mutation. J'avais oublié ce détail. C'est assez balèze en plus, je sais pas comment j'ai fait pour la louper. Je phase dessus quelques secondes : la tige est légèrement plus épaisse que celle d'un singe, très longue, et l'embout me fait penser à un mix entre un triangle et une raie manta. Le tout est d'un bleu foncé qui luit d'un halo magique. Je déglutis.

Tout. Va. Bien.

Quelque part, ça explique comment j'ai pu me balancer dans tous les sens. Je reporte mon attention sur le flic en soufflant un bon coup, prétendant d'un air décontracté que je savais parfaitement que j'avais une queue. L'adolescent-luciole est toujours recroquevillé au sol derrière son prédateur. Je lui adresse d'un ton amical :

- Si j'étais toi, j'en profiterais pour me barrer en courant.

Ma voix semble réveiller le flic. Il enrage subitement.

- Non !

Il amorce un mouvement agressif en direction de la boule disco, mais j'élève ma queue avec davantage de menace pour le dissuader de faire quoi que ce soit. Le policier se stoppe net, stupéfait. Je grimace face à la façon dont il me dévisage : confus, hésitant. J'ai l'impression qu'il n'a pas trop intégré l'idée que j'étais une mutante. Ils sont tous débiles ou quoi ?

Je soupire en affaissant les épaules, et finis par rouler des yeux au ciel.

- C'est mieux si je...

Au même moment, je titille ma propre boule disco interne et me met à scintiller.

- ... shine bright like a diamond ?

Ses yeux s'écarquillent d'un effroi haineux. C'est bon, il a compris le bougre. Il a tellement bien compris qu'il décampe en sprintant vers la droite. Je fronce les sourcils, surprise. Je m'attendais à ce qu'il m'attaque, au moins. J'en serais presque vexée.

Ouais ouais, dégage bien, ouais.

Je soupire et secoue la tête en regardant sa silhouette diminuer au loin, avant de me tourner vers l'adolescent. Ce dernier n'a pas bougé, et me dévisage avec une expression encore choquée et incertaine. Je me masse l'épaule en le fixant d'un air un peu débile, ne sachant pas trop quoi lui dire pour l'apaiser.

- T'en fais pas, je crois qu'il-

Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'il se relève et détale à son tour - vers la frontière, cette fois. J'abaisse les bras en soupirant d'un air agacé.

Lui aussi ? Mais sans déconner.

Je place mes mains autour ma bouche pour faire porter ma voix - même si je ne suis pas sûre que ce soit utile.

- ET DE RIEN, HEIN !

Aucune civilité, c'est dingue. Je sais pas, je viens de lui sauver la vie. A la limite, il aurait pu se barrer avant, quand je lui avais indiqué. Je me gratte le front, lasse, détournant les yeux de sa course. Je suis seule à nouveau. Super.

Bon bah... Je suppose que j'vais rentrer du coup.
Avatar de l’utilisateur
Salow
Seigneur Cauchemar du Flood
 
Messages: 791
Inscription: 06 Fév 2017, 18:51
Nom du perso [Rp]: Salomé
Phobie/ Pouvoir: Invocatrice d'une araignée mâle (Stachouney)
Classement [Rp]: Môôôvais !

Re: Rêves Etranges (chelou, bizarre, et autres synonymes)

Message non lupar Janzo » 09 Jan 2021, 14:19

Sympa ces rêve, peut-être un peu intrusif et donc pas SJW freindly mais sympa comme même.

J'en profite pour signaler que je fais pas du tout le même jore de rêve et donc que sa fait tout drôle de voir les rêves des autres personnes.

P.S: continue comme ça j'suis sur que t'es petits poste (lol) pourrait en inspiré plus d'un ^^
[color=#004080]

Mes nuits




(23:22:32) Janzo: % pourcentage de viabilité du groupe des Lazy Star
(23:22:41) ChatBot: Janzo jette 1d100 et obtient 26


Mes Stats

Image


Trophées

Vétéran
Naissance
Oups !
Patchwork
Avatar de l’utilisateur
Janzo
Lord du Flood
 
Messages: 446
Inscription: 30 Aoû 2019, 22:57
Localisation: Sboobland : À essayer de s'entraîner... ENCORE !
Nom du perso [Rp]: Janzo le futur Héraut professionel
Phobie/ Pouvoir: Photophobie: Créé de la lumière


Retourner vers Le repaire de Sabba [Galeries, Arts & co]

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités