Dreamland Reborn • Afficher le sujet - Fiche de Gotrek

Fiche de Gotrek

Tous les détails à propos du Rp' ainsi que les fiches de personnage.

Fiche de Gotrek

Message non lupar Gotrek » 12 Mai 2016, 09:46

Pseudo : Gotrek
Age : 22 ans
Ville : Lille (actuellement, pour mes études)
Activité : Etudiant dentaire
Phobie 1 : Phobie des blessures et plaies importantes et mutilantes (Traumatophobie)
Phobie 2 : Phobie des serpents / Ophiophobie
Ce qu'il aime : les jeux vidéo (entre potes et l''aspect compétitif), le métal, la guitare, ses études (et son future métier)
Ce qu'il déteste : la paperasse, le fromage (quand il n'est pas cuisiné et fondu genre dans la tartiflette ça il aime beaucoup), les marabous et autres magnétiseurs.

Récap des nuits


Bon… Enfin chez moi.

Il est 19h15 et je suis enfin de retour dans mon appartement. Comme tous les jours, j’allume mon pc, dépose ma sacoche et range mon long manteau noir dans mon placard.

Je suis vraiment stupide d’avoir pris ce manteau aujourd’hui… Il a fait une chaleur à crever. En même temps il est trop classe ce manteau.

En revenant vers mon pc je me rends compte de l’heure qu’il est.

19H20 ! Déjà ! Mince j’ai raté le début du live de Zera…

Dans la précipitation, je me rue sur le clavier, et lance le stream de ZeratoR. OH !!!!! SON PERE !!! (Voix de ZeratoR, d’ailleurs ça gueule un peu dans l’appart parce que j’ai oublié de baisser le son après avoir débranché mon casque). Sur ces mots, je vais me préparer à manger et m’installe une assiette devant l’ordi.

Une fois mon repas terminé, machinalement je lance un jeu. Je n’ai vraiment aucune envie de travailler ce soir.

23H30

- Bon, je m’arrête là pour ce soir. On s’est bien marré, à demain en clinique les mecs.

Je coupe la conversation skype, pose mon casque et éteint mon pc. Je mets mon réveil puis je m’allonge dans mon lit. La journée a été éprouvante, le stress des parties que je venais de faire est retombé et la fatigue me gagne. Je pose mes lunettes, mes paupières sont lourdes. A peine ai-je fermé les yeux que je sombre dans un profond sommeil.


Soudain, je sens un courant d’air frais.

Qui a laissé une fenêtre ouverte ici ?

Je suis dans une salle de soin, elle ne ressemble pas aux salles de cliniques de la fac mais je porte bien ma blouse. Je parcours la salle du regard. A première vue, je note un fauteuil d’examen au centre de la salle, sur la droite se trouve un plan de travail avec un champ opératoire déplié, sur lequel se trouvent divers instruments de toutes sortes. J’en reconnais quelques-uns, mais certains me sont inconnus, même si leur aspect tranchant m’indique clairement leur utilité.

BIBIP !! BIBIP !!

Euh c’est quoi ça ? D’où vient ce bruit ?

J’essaye de me fier au son pour repérer l’origine de celui-ci. Il ne me faut pas beaucoup de temps pour trouver le petit appareil qui émettait se bip. Une sorte de portable sur lequel apparaissait de manière synchronisée avec le « bip » le mot « URGENCE ». Soudain je compris.

- NON !!!! NON NON je ne veux pas… je ne peux pas !!!

Je me lance vers la porte de la salle, espérant l’atteindre le plus rapidement possible. Moins de 5 secondes se sont écoulées et déjà je pose la main sur la poignée… Mais celle-ci refuse de s’ouvrir.

- BORDEL!!!! OUVRE-TOI !!!

Je tire de toutes mes forces pour ouvrir cette satanée porte, mais elle ne bouge pas d’un pouce. Quand enfin la porte cède, je me retrouve propulsé en arrière et manque de tomber sur les fesses, me rattrapant de justesse au fauteuil d’examen.
Le temps que je me redresse, un brancard passe par la porte désormais ouverte. Deux ambulanciers sans visages transfèrent le passager du brancard sur le fauteuil d’examen. Instantanément je ferme les yeux, mais un hurlement déchire le silence de la salle. J’ouvre les yeux alors que le patient continue de hurler. Les ambulanciers ont disparu mais un homme est resté à côté de moi. Les hurlements laissent bientôt place à des gémissements plaintifs, mais je me force à ne pas regarder dans la direction du fauteuil d’examen.

- Ouvre les yeux et regarde. Me dit alors l'homme d'une voix forte.

L’homme pose alors une main sur mon épaule droite, et avec une force surhumaine, il me tourne vers le fauteuil. Je suis instantanément pris de nausées… Le patient est étendu, la vie semble le quitter petit à petit. Il est couvert de plaies. Il semble avoir été lacéré, son corps est recouvert de sang, en effet, ses plaies semblent particulièrement profondes. Je remarque alors son bras droit, enfin ce qu’il en reste. En effet, son bras est sectionné une dizaine de centimètres après l’épaule, mais la section n’est pas nette, des lambeaux de chaires sanguinolantes pendent mollement au bout de se qui restait de son bras…
Je perds alors toutes mes forces et tombe à genoux. La nausée se fait de plus en plus présente. Du sang perle alors sur ma blouse blanche. J’essaye tant bien que mal de reprendre mes esprits, et je ne me souviens pas être si proche du patient pour que son sang puisse arriver sur ma blouse. Je lève alors les yeux et la jambe du patient glisse du fauteuil. Je me retrouve alors à une dizaine de centimètre de cette jambe, une plaie béante s’étendant sur tout le long de sa cuisse. Je me retourne vivement, la nausée atteint son paroxysme et je me mets à vomir.

L’homme pose à nouveau sa main sur mon épaule.

- Regarde.

Dans son autre main, je remarque l’un des instruments tranchant qui se trouvait sur le plan de travail un peu plus tôt.

-Je ne veux pas… Je ne peux pas… Dis-je d'une voix plaintive et suppliante

Avec la même force que précédemment, il me relève et me tourne à nouveau vers le patient qui semble miraculeusement guéri de toutes ses blessures. Une vague de soulagement m’envahit alors. Mais l’homme à côté de moi porte alors son instrument au-dessus de l’abdomen du patient et d’un mouvement rapide et violent, le plante.

- NOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!! ARRETEZ !!!!!!!!!!!!!!!!!!

L’homme ressort alors sa lame d’un mouvement circulaire laissant une longue trainée sanglante dans les airs, ainsi qu'une large plaie barrant l'abdomen du patient. Un nouveau haut le cœur me plie alors en deux et mes yeux se noient de larmes. Le patient hurle alors de douleur, et ses viscères se retrouvent à l’air libre.

Pourquoi est-ce que je suis là à regarder un malade mental éviscérer un pauvre homme ? Je dois l’aider. Je dois empêcher ce dingue de continuer.

Dans un élan de volonté, je me redresse et constate que le patient est à nouveau guéri. L’homme lève à nouveau sa lame au-dessus du thorax du patient cette fois-ci. Et à nouveau, il la plonge entre deux côtes. Un nouveau haut le cœur me prend instantanément.

- ARRETE !!!!!!!! STOP !!! PUTAIN !! ARRETE !!!

Mais devant cette nouvelle plaie, je reste comme pétrifié. Je suis seulement capable de hurler, supplier l’homme d’arrêter. Je ferme à nouveau les yeux, comme pour échapper à cette vision d'horreur qui semble parfaitement réelle.

Faites que ça s’arrête…

Je rouvre rapidement les yeux, et comme les fois précédentes, le patient dort, l’air paisible, sans aucune blessure. L’homme porte une nouvelle fois son instrument au-dessus du patient.

Quelqu’un doit l’arrêter… Pourquoi n’y a-t-il personne pour intervenir ? Si, il y a quelqu’un, MOI ! Je dois aider cet homme.

Le visage fermé, les yeux embués de larmes les poings serrés. Je surmonte un nouveau haut le cœur.

- LACHEZ CA IMMEDIATEMENT !

L’homme abat alors sa lame sur le patient et laisse une profonde entaille dans la gorge de celui-ci. Je bondis alors vers l’homme, lui assène un coup de toutes mes forces en plein visage. Un craquement sourd se fait entendre. L’homme, surpris se retrouve au sol. Je me jette alors sur lui et fais pleuvoir des coups sur son visage. Je ne me suis jamais vraiment battu, sauf contre mon frère (un peu plus jeune) pour rigoler et contre un imbécile qui cherchait tout le temps la merde au collège alors les coups que je portent sont assez hasardeux, mais comme l'homme au sol ne semble pas se débattre, ils atteingnent tous leur cible.
Une secousse parcours alors le corps du patient juste à côté de moi et me ramène à la réalité de ma situation, je me rends alors compte que le coup porté précédemment par l’homme au niveau de la gorge a atteint la carotide. Le patient se vide de son sang. Je prends une grande inspiration, combat un énième haut le coeur et plaque mes deux mains contre les bords de la plaie pour les rapprocher puis appuie de toutes mes forces pour faire un point de compression.

- VOUS ALLEZ VOUS EN SORTIR !! VOUS ALLEZ VOUS EN SORTIR ! TENEZ BON !

Je mets toutes les forces qu’ils me restent dans ce point de compression. Quand les deux ambulanciers entrent à nouveau dans la pièce, prennent le relais, je tombe sur le dos et ferme les yeux. Je suis à bout de forces.



DRIIIIIIIIINNNNNNG !!DRIIIIIIIIINNNNNNG !! (bruit de mon reveil, car oui j'ai mis le reveil old school)

- Hein ? Quoi ? Où suis-je ? Alors ce n’était qu’un rêve ?

Je m’assois sur le bord de mon lit, frotte frénétiquement mes yeux, puis prend mes lunettes sur ma table de chevet. J’éteins mon réveil, puis me dirige vers ma machine à café. Quelques instants plus tard, ma tasse presque vide à la main.

- Bon, allez, à la douche. Après direction la fac et GO en vacation de chir (oui je me parle souvent à moi-même, surtout le matin quand je n’ai pas eu ma dose de café et une bonne douche)
Pourquoi suis-je si content d’aller en chir ? D’habitude je stresse à mort, mais là j’ai hâte d’y être.
Dernière édition par Gotrek le 13 Jan 2017, 09:49, édité 2 fois.
Mon parcours :



Image
Image
Image


Couleur Gotrek : #FF8000
Couleur Bracelet : #00BF00
Couleur Cogneur : #BF0080
Couleur Gÿ : #BF0000

Trophée
Sauveteur
Vétéran
Berserk
Winner !

Naissance
Oups !
1 étoile
C'est l'heure du dudududuel !
Bon point
Galinette cendrée
Foutu livre !
T'es mort !
Tu veux être mon ami ?
Avatar de l’utilisateur
Gotrek
Seigneur Cauchemar du Flood
 
Messages: 633
Inscription: 11 Mai 2016, 23:02
Nom du perso [Rp]: Gotrek
Phobie/ Pouvoir: Ophiophobie / Snake maker
Classement [Rp]: Ligue M : 18601

Re: Fiche de Gotrek

Message non lupar Père Castor » 15 Mai 2016, 17:07

Gotrek parvient à vaincre sa phobie.

Il devient un nouveau Voyageur de Dreamland.

Son pouvoir lui permet de faire apparaître un scalpel qui lui permettra de se battre. Ce qui est quand même pas mal.

Bienvenue à Dreamland !
Moi quand je lache des caisses ... Elles sont en métal !
Avatar de l’utilisateur
Père Castor
Conteur
 
Messages: 16976
Inscription: 12 Aoû 2010, 22:26
Phobie/ Pouvoir: Créer la réalité
Classement [Rp]: Inclassable

Re: Fiche de Gotrek

Message non lupar Père Castor » 09 Jan 2017, 03:17

Gotrek est mort, tué sournoisement par Amé, alors classé 5037 de la Major League

Il perd son statut de Voyageur et redevient rêveur.

Il doit éditer sa fiche pour rajouter une deuxième phobie qu'il pourra vaincre au bout de 5 Rp' Rêveur de 15 lignes minimum
Ces Rp's seront des Rp' où il n’interagira avec aucun personnage et où il fera des rêves classiques. La fréquence de post est limité à un rêve par jour IRL.

Passé ces 5 Rp's, il postera à la suite de ce message son nouveau combat de phobie (Nouvelle phobie donc)

Et il pourra redevenir Voyageur du Dreamland.
Moi quand je lache des caisses ... Elles sont en métal !
Avatar de l’utilisateur
Père Castor
Conteur
 
Messages: 16976
Inscription: 12 Aoû 2010, 22:26
Phobie/ Pouvoir: Créer la réalité
Classement [Rp]: Inclassable

Re: Fiche de Gotrek

Message non lupar Gotrek » 13 Jan 2017, 09:48

Ophiophobie


Cela faisait quelques temps que je me sentais vide. Comme si quelque chose me manquait, mais pas moyen de mettre le doigt dessus. J’enchainais les patients dans l’après-midi et le reste de mes journées se résumait à réviser des cours des années précédentes et retrouver des potes sur un jeu le soir. Bref une certaine routine s’était installée dans ma vie. C’est comme d’habitude que j’allais me coucher en cette fin de journée encore une fois bien remplis. Mais toujours cette sensation de vide sans doute crée par cette routine.
Le sommeil tardait à venir, alors je me tournais et retournais dans mon lit. Finalement je sortais mon bouquin sur les héros Marvel qu’on m’avait offert récemment. C’est sur un récit de Captain América arrêtant la Snake society que le sommeil vint clore ma journée.



Il faisait chaud. Vraiment chaud… Une chaleur écrasante. D’un côté, du sable a perte de vue. De l’autre il n’y avait qu’une grotte peu accueillante. Je commençais à transpirer à grosse goutte. Cette chaleur était étouffante. Je me dirigeai donc vers une zone un peu ombragée à côté de l’entrée de la grotte. Même à l’ombre la chaleur était écrasante. J’avais beau aimer les endroits chauds, là c’était presque irrespirable.
Alors que j’essayais de passer le temps, j’entendis un sifflotement.

Qu’est ssssssssssssssssssssssssssse que tu fous là ?

Ce sifflement me donna des frissons, ainsi qu’une sensation incroyablement désagréable de me trouver dans un endroit que je voulais absolument éviter. Je m’étais instantanément figé et je cherchais du regard d’où pouvait venir cette voix.

Mais vas-tu répondre ? Qu’est ssssssssssssssssssssssssssssssssssssse que tu fous là ? Tu ssssssssssssssssssais que tu trouble ma ssssssssssssssiessssssssssssste.

J’avais enfin identifié la source de la voix. Un serpent énorme venait de sortir d’une fissure dans la roche en fracassant les parois pour lui laisser la place de passer (énorme tout est relatif il n’était pas si grand que ça… En tout cas pour moi il l’était). Il avait des anneaux de plusieurs couleurs mais ce qui me sauta aux yeux était la forme de son nez qui ressemblait à une corne. Brusquement, à la vue de ce serpent à corne je tombai à la renverse puis me reculai frénétiquement en glissant sur le sable. Le serpent quant à lui, tomba au sol se cambra puis se mit à charger comme une furie la corne en avant. Je me relevai rapidement et commençai à fuir en direction du désert.

Heyy tout le monde ! On a un sssssssssssssssssssac à viande !

Le serpent continuait de me suivre sans que je puisse créer de la distance avec lui. Et voilà que devant moi plusieurs autres serpents sortaient du sable pour me barrer la route. Il y en avait un nombre incalculable. Ils étaient tous différents. Il y en avait des petits, des gros, des multicolores, il y en avait même certains avec des pattes qui se tenaient debout. J’étais bloqué. Ma seule option était la grotte, qui même si elle ne paraissait pas accueillante, était le seul endroit où il n’y avait pas actuellement ces animaux abjectes…
Je courus donc avec l’énergie du désespoir. Avant que j’entre dans la grotte, le serpent cornu qui avait fracassé la fissure me cria :

NON PAS LA BAS !! RESSSSSSSSSSSSTE ISSSSSSSSSSSSSSSSSI !! TU ES A MOIIIIIIIIII !!!

Mon avis était que si je restais, je mourrai d’abord de peur puis d’une morsure de l’un d’eux voir plusieurs… Puis je finissais digéré lentement.
Je plongeai donc dans la grotte au moment où le serpent cornu se jeta sur le haut de l’entrée de la grotte la tête la première faisant ainsi s’écrouler l’entrée de la grotte juste après mon passage.

Une vague de soulagement m’envahit lorsque je vis derrière moi que les serpents ne pouvaient plus me suivre.
Je poursuivis mon chemin l’esprit plus tranquille dans cette grotte. L’air y était plus frais, mais il flottait dans les environs une lourdeur que je ne saurai expliquer. J’avais l’impression d’être observé.
J’arrivais finalement dans une salle nimbée d’une lueur bleue. La pièce était magnifique. Mais d’un coup, une voix vint détruire toute la beauté du lieu :

Toi qui as pénétré dans cette grotte, tu vas mourir…

Je vis dans un recoin obscur apparaitre une paire d’yeux jaunes. Je me figeai à nouveau. Tous mes sens en alerte. Puis sorti de l’obscurité, une sorte de cobra qui lui était véritablement énorme. Il s’approcha de moi et se dressa sur ses anneaux postérieurs ouvrant sa coiffe colorée. Je senti mes forces m’abandonnées, mes jambes flanchées puis ce fut le noir complet.

Quand je repris connaissance, le cobra était toujours là devant moi, mais un autre serpent m’emprisonnait les jambes et commençait à remonter lentement vers le haut de mon corps en m’enlaçant. Je tremblais de peur, j’étais au bord de la panique. J’essayais de me sortir des anneaux du serpent qui m’entourait les jambes. Mais dès que j’en approchais les mains, je restais figé a quelques centimètre du corps de la bête, je n’arrivais même pas à la toucher. De plus, le cobra semblait augmenter son agressivité à chacun de mes mouvements.

Le boa continuait à monter en tournant autour de moi. J’avais levé les bras pour qu’ils ne soient pas bloqués par le monstre. Le cobra me fixait du regard que j’évitais au maximum. Mon regard parcourait les parois de la salle, et ma volonté faiblissait à mesure que je comptais le nombre de paires d’yeux que je distinguais dans chaque recoin de la pièce. J’allais mourir… Mourir étouffé ou dévoré par d'immondes serpents. J’allais mourir sans même avoir essayé de m’en sortir. Je me dégoutais. Je me détestais. Même pas foutu, pour sauver sa propre vie de simplement toucher un serpent…

A ce moment, une autre personne entra dans la salle. Une jeune femme, je n’eus même pas le temps de voir son visage et aucun son ne sorti de ma bouche quand instantanément le cobra se jeta sur elle, la mordit au cou. La jeune femme s’écroula immédiatement et fut prise de convulsion avant de s’immobiliser au sol sans le moindre bruit.

NNNNNNNNNNNNNNNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNNNNNNN !!!!!!!

La colère, la haine et la panique aussi se lisait sur mon visage. C’était comme si l’arrivée puis la mort de cette jeune femme m’avait sorti de ma torpeur. Dans un élan de rage, j’attrapai la tête du boa qui m’enlaçait et commença à serrer de toute mes forces. Celui-ci commença à resserrer ses anneaux. Je ne sentais presque plus mes jambes mais je continuais à serrer.

LACHE MOI SALE MONSTRE !!

Instantanément, le serpent commença à relâcha son emprise et s’écarta de moi. Je me retournai vers le cobra qui se dressait entre moi et la jeune femme qui gisait un peu plus loin. J’essayais toujours d’éviter son regard quand mes yeux se posèrent sur le corps inerte de la jeune femme. La colère m’envahit une nouvelle fois. Je plongeai mon regard dans celui du cobra en disant
:

Plus jamais je ne reculerai devant vous ! Laisse-moi passer ! C’est un ordre !

Un ordre ? Tu n’es pas en posssssssssissssssssssion d’exiger quoique sssssssse sssssssoit ! Tu es le prochain.

A ces mots certains serpents qui se cachaient dans les recoins de la salle commencèrent à sortir. Il y en avait de toute sorte, certains attiraient plus l’attention. Parmi eux, un serpent aux anneaux de roche, un serpent dont les écailles étaient faites en acier, un serpent dont une partie du corps n’était que brume ténébreuse, il y avait même un serpent dont la moitié du corps semblait humaine. Tous restaient là, autour de moi à me fixer du regard, attendant probablement une opportunité pour m'attaquer.

J’AI DIT ECARTE TOI DE LAAAAAAAAAAAAAA !!!!

Dis-je en hurlant. Le cobra se jeta sur moi. Par reflexe, je mis mon bras gauche en opposition. Ses crocs se plantèrent dans ma chair. Une intense sensation de brulure envahit mon corps, mes muscles commencèrent à tétaniser. Mais Je parvins quand même à attraper le cobra que j’arrachai littéralement de mon bras en hurlant de douleur, m’arrachant au passage un bon morceau de chair. Je perdais rapidement du sang et même si la douleur était insupportable, la sensation de brulure s’échappait lentement de mon corps. Je balançai immédiatement le cobra plus loin, et me jeta près du corps de la jeune femme. Elle était morte… Je n’avais rien pu faire.

Le cobra rampait à nouveau vers moi l’air plus menaçant que jamais. Je me retournai vers lui le regard sombre.

Je t’ai dit que plus JAMAIS JE NE RECULERAI DEVANT VOUS !!!! JE T’AI DIT D’ARRETER !!!!

Le cobra parut hésitant, détournant pour la première fois son regard du mien. Les autres serpents commencèrent à reculer. Puis le cobra secoua sa tête pour revenir à l’assaut plus déterminé que jamais. Au moment où son regard croisa le mien, il se plaqua au sol et resta immobile, avortant son attaque.

Le serpent d’ombre passa à l’assaut. Il bondit vers moi pour me mordre au mollet. Il fut immédiatement suivit d’un autre serpent qui lui, vint me mordre le flanc. Je les arrachai de la même manière que le cobra.

VOUS ALLEZ ME LE PAYER !!

Un autre se jeta sur moi. Celui-ci eu moins de chance que les autres. Dans un mouvement reflexe de la main, je stoppai nette sa course en le plaquant au sol. Dans ce même temps le serpent aux écailles métalliques me planta ses crocs dans l’épaule. En tournant la tête lentement vers lui :

LACHE MOI… IMMEDIATEMENT !!!

Le serpent de métal s’exécuta dans l’instant.

Le cercle s’était reformé autour de moi. Mon cœur battait à toute vitesse. Mon corps entier me faisait souffrir. C’est alors qu’entra en jeu le serpent à moitié humain. Celui-ci ne se jeta pas sur moi comme avait pu le faire les autres. Au lieu de ça, il se mit à émettre un son extrêmement strident. Je portai immédiatement mes mains à mes oreilles et les autres serpents de la salle en profitèrent pour donner un assaut groupé.

J’AI DIT STOP !!!!!! C’EST UN ORDRE !!

A ces mots, le hurlement se stoppa. Le serpent mi-humain s’inclina. Les autres serpents stoppèrent leur assaut goupé et s’enroulèrent puis se dressèrent vers moi, avant d’incliner la tête à leur tour. A mon tour je me redressai, je fis un tour sur moi-même, constatant que chaque serpent de la salle restait silencieux et immobile.



*BOUM*

J’étais tombé de mon lit. J’étais en sueur, mais j’avais l’esprit libre. J’avais un sentiment de légèreté que je n’avais pas ressenti depuis plusieurs nuits déjà. Mon réveil n’allait pas tarder à sonner. Je me levais pour cette nouvelle journée pour laquelle j’avais étrangement un très bon préssentiment.
Mon parcours :



Image
Image
Image


Couleur Gotrek : #FF8000
Couleur Bracelet : #00BF00
Couleur Cogneur : #BF0080
Couleur Gÿ : #BF0000

Trophée
Sauveteur
Vétéran
Berserk
Winner !

Naissance
Oups !
1 étoile
C'est l'heure du dudududuel !
Bon point
Galinette cendrée
Foutu livre !
T'es mort !
Tu veux être mon ami ?
Avatar de l’utilisateur
Gotrek
Seigneur Cauchemar du Flood
 
Messages: 633
Inscription: 11 Mai 2016, 23:02
Nom du perso [Rp]: Gotrek
Phobie/ Pouvoir: Ophiophobie / Snake maker
Classement [Rp]: Ligue M : 18601

Re: Fiche de Gotrek

Message non lupar Père Castor » 15 Jan 2017, 21:43

Gotrek arrive à vaincre sa phobie des serpents et devient Voyageur de Dreamland.

Il devient un ...

...

... Snake Maker... Putain de chiotte.

Bienvenue à Dreamland !
Moi quand je lache des caisses ... Elles sont en métal !
Avatar de l’utilisateur
Père Castor
Conteur
 
Messages: 16976
Inscription: 12 Aoû 2010, 22:26
Phobie/ Pouvoir: Créer la réalité
Classement [Rp]: Inclassable


Retourner vers Relouland [Règles, Présentations Rp' & Fiches perso']

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité